Stress
Partager :

Le stress, une menace pour le cerveau

Les symptômes liés au stress

Omniprésent dans nos vies, le stress a presque toujours une connotation négative en raison des graves effets qu’il peut avoir sur notre santé. Or, le stress n’est ni « bon » ni « mauvais »; ses effets peuvent être bénéfiques ou néfastes selon la durée de l’état de stress.

Une poussée de stress intense, soudaine et de courte durée est un réflexe issu de l’évolution et nécessaire à la survie des espèces : c’est un signal que l’organisme envoie pour avertir d’un danger imminent (et qui souvent, du moins avant l’ère moderne, était potentiellement mortel).

Un stress limité dans le temps est donc tout à fait légitime et bénéfique ; le problème, c’est quand cet état se prolonge et devient permanent. On sait maintenant que le stress chronique entraîne des modifications à long terme de la structure et du fonctionnement du cerveau. Ces observations scientifiques pourraient expliquer pourquoi les personnes exposées à un stress chronique au début de leur vie sont sujettes à développer plus tard des problèmes mentaux comme l’anxiété et les troubles de l’humeur, ainsi que des difficultés d’apprentissage.

 

Quels sont les types les plus courants de stress ?

 

Au temps des chasseurs-cueilleurs, les rôles et les tâches quotidiennes étaient bien définis et limités. Avec la croissance exponentielle de la population et tous les développements dus à l’ingéniosité humaine, la civilisation a rapidement progressé. Tout à coup, d’autres formes de stress sont apparues :

• Stress financier – Comment vais-je pouvoir payer mes dettes ? Est-ce que je peux vraiment me permettre cette dépense ? Combien me reste-t-il d’argent pour les courses ce mois-ci ?
• Stress relationnel – Cette personne est-elle loyale ? Mon conjoint est-il sur la même longueur d’onde que moi ? Pourquoi mes enfants laissent-ils tout traîner par terre ?
• Stress professionnel – Est-ce que je fais un bon travail ? Vais-je enfin obtenir un jour cette augmentation ou cette promotion ? Est-ce vraiment ce que je veux faire jusqu’à ma retraite ?

En plus de ces sources courantes de stress, on assiste aujourd’hui à une quête incessante de la « vie parfaite » qui ne fait qu’ajouter au stress ambiant. Qu’est-ce qui cloche avec moi? Pourquoi ne suis-je pas en vacances ? Comment peuvent-ils se payer cela et pas moi ? Pourquoi mon profil dans les réseaux sociaux est moins séduisant que celui de mon voisin ?

 

Comment le stress agit-il pour affecter ou endommager le cerveau?

 

Le stress modifie le comportement même du cerveau (c’est-à-dire la manière dont les cellules du cerveau communiquent entre elles). Cela affecte en retour le type et la quantité de certaines hormones (comme le cortisol), créant ainsi à long terme la parfaite recette d’un désastre.

Le stress chronique fait grimper les niveaux de cortisol ; il peut alors s’ensuivre une surproduction de cellules indésirables et une diminution du nombre de neurones (les cellules cérébrales chargées de l’« action »). Les neurones sont responsables des fonctions supérieures du cerveau, comme la pensée, le calcul et la prise de décisions.

L’« hippocampe », une autre région du cerveau affectée par le stress, sert de station de retransmission pour la mémoire et les émotions. On sait que la taille de l’hippocampe diminue sous l’effet de périodes prolongées de stress, ce qui pourrait avoir un lien non négligeable avec de nombreux troubles mentaux.

 

Quels sont les symptômes du stress chronique ?

 

Les symptômes de stress chronique sont variables et non spécifiques. Chacun gère le stress à sa manière – certains ont tendance à refouler leurs émotions, d’autres les extériorisent, d’autres encore vont trouver un exutoire dans la consommation d’alcool ou d’achats compulsifs, etc. Sur le plan physique, le stress entraîne souvent un état de grande fatigue à longueur de journée, ou encore de l’irritabilité.

Certaines personnes peuvent manifester des signes de dépression, en particulier celles qui ne savent pas comment gérer les situations stressantes. Il n’est pas rare non plus de se sentir agité et anxieux la nuit, ce qui est évidemment propice aux troubles du sommeil. Ces mêmes personnes peuvent également éprouver des symptômes typiques du syndrome du côlon irritable (le stress en est un facteur de premier plan). D’autres verront apparaître les symptômes de certaines maladies chroniques déclenchées par le stress prolongé.

 

Que faire pour soulager les symptômes du stress chronique ?

 

Selon les données scientifiques et empiriques, la pratique régulière de l’exercice (3 ou 4 fois par semaine, pendant au moins 30 minutes) est le meilleur moyen de réduire le stress. Si vous manquez de temps, faites ce qu’il faut pour en trouver, vous vous en féliciterez plus tard !

La méditation de pleine conscience peut fournir un autre moyen d’atténuer le stress et d’abaisser les niveaux de cortisol. Toute habitude de vie qui exerce un tel effet peut améliorer la structure et la connectivité du cerveau.

Certains traitements non médicamenteux, par exemple la psychothérapie, peuvent aussi être envisagés. Il ne faut surtout pas être embarrassé ou avoir honte de demander de l’aide. Les psychologues et psychothérapeutes sont là pour vous aider, pas pour vous juger.

Si vous avez des inquiétudes relatives à votre santé, parlez-en à votre médecin traitant.

 

Remèdes naturels pour soulager le stress

 

Parmi les plantes médicinales, la passiflore (Passiflora incarnata) a été utilisée au fil des siècles pour calmer le stress et améliorer la qualité du sommeil.

Le Stress Control Spray est composé de passiflore, mais aussi de mélisse, une autre plante connue pour ses qualités apaisantes. Complément alimentaire à usage buccal, il aide non seulement à soulager le stress de long terme mais aussi à vous apaiser dans les situations stressantes, en période d’examen et à chaque fois que vous éprouvez des difficultés à résister à la pression et à l’effort.

Accessoirement, ces deux plantes améliorent aussi la qualité du sommeil en favorisant les cycles de sommeil profond et en accélérant l’endormissement.


Écrit par Lisa WOLFF


Stress
Partager :