Stress
Partager :

Comment aider un enfant à gérer son anxiété avec les plantes ?

comment aider les enfants anxieux grâce aux plantes

Une des préoccupations principales des parents est que leurs enfants soient capables de faire face au monde qui les attend. Or 1 adolescent sur 4 entre 11 et 15 ans en France est touché par un trouble anxieux, selon une enquête Ipsos pour Notre Avenir menée en octobre 2021 auprès d’un échantillon national représentatif de 1000 jeunes. Intéressons-nous aux signes qui indiquent qu’un enfant souffre potentiellement d’un niveau d’anxiété problématique et aux solutions naturelles que peuvent proposer les parents ou les proches pour le soutenir.

Bien que sa définition puisse varier considérablement d’une personne à l’autre,

 

Quels sont les signes pour reconnaître qu’un enfant souffre d’anxiété ?

 

L’anxiété est un sentiment exacerbé d’appréhension des choses à venir qui survient souvent en réponse à des situations stressantes. Cet état d’anxiété dite problématique est susceptible de perturber le quotidien de l’enfant et aura des répercussions dans sa vie sociale, ses activités scolaires ou sa santé.

De nos jours, les enfants sont confrontés au stress à l’école, dans leurs relations sociales ainsi que dans une multitude d’autres situations : déménagement, séparation, décès, nouvelle école, Sur le plan biologique, le cerveau est programmé pour préparer l’organisme à combattre la menace que représente un événement stressant.

Les enfants affectés par ce sentiment d’anxiété adoptent souvent un des 3 comportements du concept « combat – fuite – repli sur soi » en réaction au stress généré par certaines situations :

 

Réaction de combat :

Cette attitude se traduit par des comportements dits réactionnels, avec les muscles qui se tendent et une certaine agressivité face à un sentiment de malaise.

 

Réaction de fuite :

Quand il est l’heure de faire les devoirs par exemple, votre enfant à tendance à se déplacer dans une autre pièce ou dans une cachette dans laquelle il se sent en sécurité pour fuir les tables de multiplication – une source de stress pour lui.

 

Réaction de repli sur soi :

L’enfant peut se sentir coincé ou paralysé; il passera plus de temps seul, dans la lune ou devant un écran ou alors il se déplace lentement dans son environnement. De manière plus aléatoire, un très jeune enfant pourrait afficher d’autres réactions de repli physiques : oppression thoracique, mains moites, maux de ventre, irritabilité, tendance à répliquer, voire retrait social complet.

Un enfant anxieux risque de développer ce qu’on appelle l’impuissance acquise – c’est-à-dire qu’il abandonne et qu’il pense n’y a rien à faire pour changer sa situation. Ce sentiment risque d’évoluer vers un état dépressif.

 

Que peuvent faire les parents ou les proches pour aider ?

 

Les proches et encadrants de l’enfant doivent se concentrer sur la façon de faire face aux situations stressantes et de les gérer plutôt que de les ignorer ou de chercher à les éliminer. Il existe bien sûr des traitements thérapeutiques spécifiques à entreprendre auprès de pédopsychiatres ou autres professionnels de santé qualifiés.

En complément, les plantes constituent de bonnes solutions pour calmer, apaiser les enfants et favoriser de bonnes nuits réparatrices et un échange positif avec les parents ou les encadrants. La prise de compléments alimentaires naturels à base de plantes sous la forme de sirop, tisane ou gélule, seules ou en associations, est sans accoutumance ni baisse d’énergie pour la scolarité et les activités de vos enfants.

• Des tests ont mis en évidence les vertus calmantes de la passiflore (Passiflora incarnata). Cette plante grimpante originaire d’Amérique latine consommée à faible dose sous forme de tisane, améliore la qualité du sommeil, qui est particulièrement important pour le développement de l’enfant.

• La fleur de camomille (Anthemis nobilis) : cette importante plante médicinale connue depuis l’Antiquité favorise un bon confort digestif et participe ainsi au bien-être de l’enfant.

• La mélisse (Melissa officinalis L.) : originaire de Méditerranée et d’Asie Mineure, cette plante participe à la relaxation et à une bonne qualité de sommeil. Très populaire, ses feuilles s’utilisent sans danger chez l’enfant et l’adulte.

• L’eschscholtzia (Eschscholtzia californica) : également appelé pavot de Californie, ce cousin du coquelicot a des vertus calmantes, anxiolytiques et légèrement analgésiques pour améliorer la qualité du sommeil des enfants.

L’avoine verte (Avena sativa) a la propriété de ralentir la réponse physiologique au stress chez des humains en bonne santé. On pense que cette propriété découle de sa capacité à inhiber une enzyme connue sous le nom de PDE4, qui réduit le stress, l’anxiété et la dépression. L’avoine est recommandée pour les enfants à partir de 12 ans.

Cet article ne constitue pas un avis médical et a uniquement pour but de renseigner. Il ne saurait se substituer à un avis médical, un diagnostic ou un traitement de la part d’un professionnel de la santé.


Écrit par Aline Verner


Stress
Partager :