Métabolisme
Partager :

Prévenir les carences d’iode

Liste des ingrédients riches en iode

Un quart de l’humanité, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), connaît des carences en iode. Dans certaines régions (notamment dans les pays peu développés et loin de la mer), des symptômes graves de carence de cet oligo-élément se font voir dès la formation embryonnaire, lorsque le cerveau est atteint alors qu’il est en phase de développement. Les enfants et les adultes carencés peuvent présenter un goître (gonflement du cou), résultat de l’hypertrophie de la glande thyroïde.

Dans les pays développés, la carence d’iode se manifeste notamment par les cas d’hypothyroïdie, dont les symptômes vont de la prise de poids et la frilosité aux douleurs articulaires et à une forte fatigue.

 

Comment prévenir les carences en iode ?

 

La meilleure façon de prévenir les carences en iode, c’est par l’alimentation, en consommant des aliments à forte teneur en iode, comme le sel de mer. Les meilleures sources alimentaires sont les poissons, les fruits de mer et les algues. Mais nous pouvons également trouver de l’iode dans la viande, le jaune d’œuf et les fromages, ainsi que dans certaines céréales comme le seigle et l’avoine.

Cependant, nos besoins en iode varient : alors que le besoin journalier d’iode pour un homme ou une femme adulte est de 150 microgrammes d’iode, celui d’une femme enceinte est de 250 microgrammes de cet oligo-élément.

En effet, les hormones thyroïdiennes sont davantage sollicitées dans certains cas précis.

 

Les femmes enceintes ou allaitantes

Notamment lors des premiers mois de grossesse, le manque d’iode peut entraîner un retard mental chez le bébé. Les besoins sont ainsi plus élevés chez les femmes enceintes, de même que chez les femmes allaitantes.

 

Les végétariens et les végétaliens

Le poisson, la viande, le lait et les œufs sont des sources importantes d’iode. Les végétariens, et notamment ceux qui adoptent une alimentation végane, doivent faire attention à consommer du sel marin et si possible des algues. C’est le cas des navets, des choux, du brocoli, des poires, des pêches, des produits dérivés du soja, des arachides, des noix de pin et du millet. Bien sûr, tout dépend de la quantité des aliments qui sera ingérée.

 

Les fumeurs

Le tabac dérange l’absorption de l’iode provenant de l’alimentation. Les fumeurs ont donc tout intérêt à accroître leur apport quotidien en iode … et à arrêter de fumer !

 

Les sportifs

Il semble que les carences en iode pourraient être liées aux pertes par la sueur. Bien sûr, ce risque ne concerne que les sportifs professionnels ou ceux dont l’activité physique est très intense.

 

Ceux qui habitent loin de la mer

Avec un régime probablement plus pauvre en poissons de mer et crustacés, la population vivant loin de la mer ou à la montagne est plus susceptible de souffrir de carences en iode.

 

Remèdes naturels pour la carence d’iode

 

Élaboré à partir de l’algue marine Kelp, riche en Iode, le complément Kelpasan d’A.Vogel, aide à prévenir les cas d’hypothyroïdie associés à la carence de cet oligo-élément.

Afin de ne pas risquer de dépasser l’apport journalier maximal en iode, nous vous recommandons d’éviter la consommation d’algues séchées ou d’algues d’origine inconnue lorsque vous consommez ce complément alimentaire. Consultez votre médecin traitant pour vous assurer que ce complément est adapté pour vous.


Écrit par Lisa WOLFF


Métabolisme
Partager :