Ménopause
Partager :

Ménopause et transpiration, comment y remédier ?

Signes de la ménopause

Le temps passe et pour les femmes le passage des années se fait différemment. Après avoir passé des décennies à compter les mois à chaque cycle menstruel, la fin des règles représente une nouvelle phase : la ménopause.

En général, elle survient entre 45 et 55 ans, entraînant des conséquences qui varient d’une femme à l’autre. En d’autres termes, chaque organisme réagit différemment à ce moment. Certaines femmes traversent cette étape avec peu de symptômes et un minimum d’inconfort, alors que d’autres doivent faire face à des réactions désagréables.

Environ 70 % d’entre elles signalent des signes de chaleur intense pendant ce changement, qui peut durer de quelques secondes à une demi-heure. Cela s’explique parce que, en raison de la variation du taux d’œstrogènes, la capacité de l’organisme à réguler la température corporelle est affectée.

Cette chaleur soudaine est également connue sous le nom de « bouffées de chaleur » dans le corps. En outre, pendant la préménopause et la ménopause les femmes peuvent présenter des symptômes traditionnels tels que des sueurs froides, des sueurs nocturnes, ainsi que plus généralement une transpiration excessive.

 

Qu’est-ce que se passe dans le corps lors d’une bouffée de chaleur ?

 

Les experts attribuent la responsabilité des bouffées de chaleur et des sueurs au taux d’œstrogènes qui varie fortement au début de la ménopause et qui diminue de plus en plus par la suite.

Voici ce qui se passe dans le corps : les variations du taux d’hormones affectent le centre de la température dans le cerveau. Le corps comprend mal ces signaux, il réagit comme s’il était soudainement en surchauffe. Pour y remédier, l’adrénaline, l’hormone du stress, est libérée, le cœur bat plus vite, les vaisseaux sanguins de la peau se dilatent et on transpire. La circulation sanguine est augmentée et une poussée de sueur est censée refroidir le corps – ce qui aboutit souvent à ce que l’on ait froid après une bouffée de chaleur.

En bref, lors d’une bouffée de chaleur, il se produit donc exactement ce qui est utile en cas de surchauffe de l’organisme – sauf que dans ce cas, celle-ci n’a jamais eu lieu.

 

Combien de temps ça dure ?

 

Plus les accès de transpiration apparaissent tôt, plus ils durent longtemps. Chez la plupart des femmes, les bouffées de chaleur et les sueurs qui y sont associées apparaissent pour la première fois au début de la ménopause. Pour beaucoup, elles se manifestent même avant les dernières règles. Au fil du temps, la fréquence et la gravité des crises diminuent progressivement, à quelques exceptions près.

La durée pendant laquelle une femme doit s’attendre à transpirer abondamment sans raison extérieure varie toutefois beaucoup d’une personne à l’autre. Certaines femmes n’en souffrent que pendant quelques semaines, d’autres pendant des années. Une nouvelle étude américaine a démontré que dans certains cas, les accès de transpiration peuvent durer jusqu’à dix ans. Les chercheurs ont découvert une règle générale : plus les bouffées de chaleur apparaissent tôt au cours de la ménopause, plus longtemps la femme doit y faire face.

Cela veut dire que les femmes qui sont confrontées très tôt à la ménopause à des symptômes tels que les bouffées de chaleur et les sueurs souffrent généralement plus longtemps de ces troubles (pendant 7,4 ans en moyenne). Les femmes qui ne souffrent de bouffées de chaleur qu’après la ménopause, lorsque les œstrogènes disparaissent presque complètement, peuvent en revanche compter sur une période beaucoup plus courte (3,5 ans en moyenne) de troubles désagréables.

 

Troubles et symptômes en cas de transpiration excessive

 

Généralement, tout commence au niveau de la poitrine. La peau rougit et devient chaude au toucher. Puis la chaleur monte à la tête et s’empare de tout le corps. La sueur s’échappe de tous les pores. Pour ensuite nous faire frissonner. Ce phénomène a lieu surtout la nuit, lorsque le pyjama et les draps deviennent trempés de sueur.

La transpiration nocturne influence énormément le sommeil. Si, en plus, la femme doit changer son pyjama et même ses draps, il lui est presque impossible de se rendormir par la suite. Et les bouffées de chaleur sont plutôt nocturnes, pour la plupart des femmes…

Ainsi, la transpiration excessive finit par entraîner d’autres troubles connus de la ménopause, comme la difficulté à s’endormir, l’irritabilité et même l’humeur dépressive.

 

La transpiration excessive

 

Enfin, bien qu’il s’agisse d’une réaction naturelle du corps, la transpiration excessive peut être inconfortable. Que faire alors, dans ce cas ?
Sûrement la solution ne se limite pas à s’acheter la dernière gamme de déodorant anti-transpirant ! Certains changements dans la vie quotidienne peuvent être utiles à cette étape de la vie. Voici quelques conseils utiles :

Comment diminuer la transpiration excessive ?

• Essayez de réduire la consommation de nourriture épicée, d’alcool, de caféine et de nicotine, car ces substances agissent sur le taux d’œstrogènes et peuvent déclencher une crise de transpiration.

• En matière d’alimentation, misez sur la cuisine méditerranéenne. Associé à une activité physique régulière, ce mode d’alimentation permet de réduire le surpoids existant – un autre facteur qui favorise les bouffées de chaleur et les sueurs.

• Portez des vêtements dont les tissus facilitent la transpiration.

• Buvez beaucoup d’eau et ayez toujours une bouteille pleine à proximité.

• Portez des chaussures faites de matériaux qui absorbent la sueur et permettent à la peau de respirer.

• Pratiquez une activité physique régulièrement. Les sports d’endurance comme la marche, le vélo ou le jogging sont recommandés. Attention : si vous n’avez pas fait beaucoup de sport jusqu’à présent, allez doucement ou vous risquez de vous surmener.

• Lorsque vous vous couchez, privilégiez les vêtements de nuit et les pyjamas aux tissus légers, et laissez vos chambres toujours bien aérées.

• Effectuez tous les examens médicaux indiqués chaque année par votre médecin traitant.

Puisez aux ressources naturelles

Le thé à la sauge contribue à la régulation de la chaleur corporelle. Une tasse avant d’aller se coucher est particulièrement efficace contre les sueurs nocturnes. En alternative, on peut aussi la consommer sous forme d’Extrait de Plante Fraîche EPF® Sauge dans de l’eau chaude ou sous forme de comprimés Ménosan®.

De même, se réveiller plusieurs fois trempée au milieu de la nuit – il n’est plus possible d’envisager un sommeil réparateur par la suite … Heureusement, il existe des remèdes naturels qui aident à atténuer considérablement les troubles de l’endormissement.

Les solutions à base d’extraits de plantes fraîches (EPF) peuvent apaiser les personnes ayant du mal à s’endormir. On peut citer les produits à base de valériane ou de passiflore, voire un complexe valériane/houblon. Ceux-ci peuvent contribuer à soulager efficacement les insomnies et les troubles du sommeil.


Écrit par Lisa WOLFF


Ménopause
Partager :